Menu
   Réflexions
   Divers
   Write-Ups
   Aides de jeu

Initiation

Vie du site
Portail rapide
Voir aussi
  • L'interview !
  • Critique
  •  

    Marcel Super Blaireaux : Critique
    par Ishar le 6 septembre 2009
    VOIR AUSSI...
    Sur Swarm of Heroes
    Sur Internet
  • Site officiel
  • Sur Jeux-Thèmes

    L'humour est un style difficile qui présente un risque majeur, celui de perdre de vue le fond au profit de la forme, de ne plus avoir que comme seul objectif de faire rire au détriment du reste. Cette constatation trouve un écho particulier dans les jeux de rôle, où la forme (le livre de jeu de rôle) se trouve détachée du fond (la partie en elle même). Faire un jdr d'humour ne doit donc pas consister à faire un ouvrage drôle à lire, mais bien un jeu drôle à jouer !

    A cet exercice difficile, d'autres avant MSB ont chuté (Stupperpower, drôle dans la catégorie humour potache, mais rien de plus). Alors, comment s'en sort donc Marcel Super Blaireau, fils spirituel du mythique Bernard & Jean ?

    Forme

    Les jdr humoristiques sont souvent légers, mais avec ses 300 pages, MSB est finalement bien imposant. Les moyens de production limités de ses auteurs ne laissaient pas non plus espérer un travail aussi poussé sur la maquette. Des petits dessins parcours les marges à droite à gauche, des tableaux prennent une forme adaptée à leur sujet (des panneaux de signalisation pour un tableau se rapportant aux poursuites en voitures)... C'est une grande réussite de ce côté et fait de la lecture de MSB un vrai plaisir, tout autant que son utilisation en cours de partie.

    Côté organisation, l'ouvrage souffre en revanche de quelques défauts, comme les règles de création de personnage coupées en deux, qui soulèvent certaines questions à la lecture. Rien de bloquant toutefois, puisqu'une fois lu en entier ces questions trouvent réponses et que le chapitrage reste logique.

    Signalons aussi l'impressionnante quantité de nouvelles (à la limite de l'indigeste même), qui sont, au même titre que le reste du livre, agréablement bien écrites.

    A noter que n'ayant pas vu la version imprimée, nous ne jugerons pas de cette dernière (qualité de l'impression, rendu des images...).

    Univers

    Là encore, le caractère humoristique - parodique en particulier - du jeu impose certaines particularités dans la manière d'appréhender l'univers.

    Les auteurs ont pris le parti de développer un pays et une ville originale comme cadre des aventures. L'esprit est le même que celui du Groland de Moustique sur Canal+ (MSB y fait d'ailleurs fortement référence) : une version ramassée de notre propre pays, matinée d'un peu d'américanisme, qui condense et exagère dans un espace réduit tout ce qui peut se prêter à la parodie.

    Au vu de l'efficacité du résultat, on peut dire que ce choix est payant. On retrouve ses marques d'autant plus facilement que les références sont assez explicites, tout en offrant un outil de jeu assez complet avec une bonne réserve d'alliés, vilains, lieux et autres idées d'intrigues.

    Règles

    Les caractéristiques sont appelées Ingrédients et portent des noms aussi éloquents que BID ou PUB. Leur valeur définie le score à ne pas atteindre avec un nombre de d6 qui dépend de la difficulté. La plupart des autres éléments chiffrés, telles les compétences, servent de réserves dans lesquelles il est possible de piocher pour relancer un jet. Les caractéristiques constituent elles mêmes des réserves de dernière minute, et peuvent aussi être diminuées par la fatigue et les duels - physiques ou autre, toutes les oppositions étant gérées de la même manière.

    Les réserves de points fonctionnent plutôt bien dans ce type d'univers et ont l'avantage d'être assez malléables. En revanche, ces règles de base ne brillent pas par leur clarté. Tout d'abord en raison de certains choix malheureux : les jets en dessous ne sont entre autre jamais très intuitifs, et le fonctionnement de la difficulté, à la logique inverse par rapport à la plupart des autres jeux, n'arrange pas la lecture. Ensuite en raison d'une organisation perfectible. La récupération des réserves figure ainsi dans un chapitre fourre tout perdu au milieu de l'ouvrage plutôt que de suivre directement les règles qui régissent leur dépense.

    C'est d'autant plus surprenant que les systèmes spécifiques (super-pouvoirs, combats, poursuites...) sont eux organisés et construits de manière tout à fait efficace sous la forme de briques assez simples prises séparément.

    Ce sont par ailleurs ces systèmes qui apportent l'essentiel de la touche humoristique du jeu. Si certains points dispensables (et heureusement peu nombreux) s'orientent plutôt vers l'humour potache, la plupart consistent à détourner intelligemment les classiques des super héros. Ainsi, les pouvoirs sont assortis d'un effet particulier en cas d'échec critique qui placera bien sur le personnage dans une situation tout à fait incongrue. Cela permet d'introduire une bonne dose d'humour dans des pouvoirs aussi classiques que grimper au mur, et ce de manière bien plus intelligente que le côté potache évoqué plus haut.

    A l'exception des quelques réserves sur les règles de base évoquées plus haut, le système est donc une réussite. Il arrive surtout à apporter une dose d'humour sans se départir d'un intérêt ludique - un aspect casse-gueule trop souvent négligé dans les jeux de ce genre.

    Ressources

    MSB n'est pas prévu pour avoir un suivi poussé, mais le livre de base contient déjà beaucoup de matériel de jeu. C'est d'autant plus suffisant que ce n'est pas le genre de jeu auquel on joue en campagne soutenue. Du matériel supplémentaire devrait aussi être disponible sur le site officiel.

    Conclusion

    MSB est un excellent jeu, si si ! Malgré quelques défauts, il est plutôt bien conçu et vous offrira de bonnes parties... et de bonnes tranches de rigolade ! Car, l'exercice est assez difficile pour le signaler, il réussi parfaitement à atteindre son objectif humoristique. Loin devant, en tout cas, de la plupart de ses concurrents.

    Version Imprimable