Editos   
Menu
   Réflexions
   Divers
   Write-Ups
   Aides de jeu

Initiation

Vie du site
Portail rapide
Voir aussi
  • Edito Aout-Sept. 2004 : Plus ça change...
  • Edito Oct.-Nov. 2004 : Chaud devant !
  • Edito Dec.-Jan. 2005 : L'Errance du Super-Héro
  • Edito Fev.-Mars. 2005 : Pas si vite Flash !
  • Edito Avril-Mai 2005 : Une Mythologie Américaine
  • Edito Juin-Juillet 2005 : DC Comics, Action !
  • Edito Aout-Sept. 2005 : Et vous, c'est quoi votre rôle ?
  • Edito Oct.-Nov. 2005 : Super-Sex chez les super-héros
  • Edito Dec.-Jan. 2006 : Mythologies génériques
  • Edito Fev.-Mars. 2006 : Adieu Marianne
  • Edito Avril-Mai 2006 : Un PDF sinon rien
  • Edito Juin-Juillet 2006 : Guide de lecture
  • Edito Aout-Sept 2006 : Presse en crise ?
  • Edito Oct.-Nov. 2006 : Sans oublier de jouer
  • Edito Dec.-Jan. 2006 : Et les super-héros ignorèrent la mode
  • Edito Fev.-Mars. 2007 : De la toile au jdr
  • Edito Avril-Mai 2007 : Le jeu vidéo à la rescousse ... ?
  • Edito Juin-Juillet 2007 : Scandale à la Gencon
  • Edito Aout-Sept 2007 : Guide de lecture... suite ?
  • Vers l'infini, et au delà !
  • Une nouvelle année...
  •  

    Editos : Edito Fev.-Mars. 2006 : Adieu Marianne
    par Ishar le 30 janvier 2006

    Tout commence avec un guide intitulé "Votre enfant et le téléphone mobile". A l'intérieur, un article "Pour que mobile rime avec citoyenneté et responsabilité" illustré par une Marianne un peu particulière : yeux bandés, slip par dessus le pantalon, drapeau français fièrement porté sur la poitrine, aucun doute : c'est bien Super-Marianne !

    Elle trône là, désinvolte comme si la notion de responsabilité qu'elle défend devait être naturellement associée aux super-héros. Mais comment ce mythe jusqu'ici exclusivement américain, ignoré voir honnis par le vieux continent, a-t-il pu s'imposer à l'esprit de cette illustratrice - Séverine Assous - comme le symbole d'un monde citoyen et responsable ? Pourquoi ne pas en être resté à une Marianne "normale" ?

    Dans la BD "U.S.", Steve Darnall et Alex Ross destituaient les symboles nationaux comme Uncle SAM en présentant leurs valeurs comme rétrogrades et dépassées. En parallèle de ce constat d'échec, Alex Ross imposait dans le reste de son oeuvre (Kingdom Come et tant d'autres) sa vision des super-héros comme nouvelles références iconiques.

    Ainsi, les super-héros ne seraient pas seulement là pour combler l'absence d'histoires mythiques de l'Amérique coloniale, mais aussi pour remplacer dans le coeur des gens ces vieillissantes icônes nationales, à la manière de cette Marianne devenue super-héroïne. Un besoin qui lui n'est pas spécifiquement américain, et qui pourrait expliquer la facilité avec laquelle les hommes en collants sont en passe de s'imposer dans l'inconscient français.

    Version Imprimable